Aux fils, filles, jeunes du département de l’Ogooué-Létili Boumango.

 

 

téléchargement

En premier article de ce blog, j’adresserai un message aux ressortissants de ma localité: le déportement de l’Ogooué-Létili. Cette localité perçue comme un coin perdu pour certains, pourtant 4ème département de la province du Haut-Ogooué et disposant d’une commune (Boumango) par conséquent une mairie, une assemblée départementale et un siège législatif.

Mon message…

 » Les 6 et 27 Octobre prochain se tiendront dans notre pays les élections locales et législatives. C’est une nouvelle occasion pour nous, fils et filles de l’Ogooué-Létili, de porter notre choix en la personne et au parti idoine afin de pallier les différents manquements structurels qui minent notre cher département.

Entendons par manquements, toutes les difficultés auxquelles se heurtent les populations au quotidien (route, santé, éducation…). En dépit des solutions proposées et des décisions prises, même par les plus hautes instances, Boumango peine à s’élever au rang de plusieurs autres communes de sa province. En effet, lors d’un conseil de ministres délocalisé à Franceville en septembre 2011, le gouvernement s’était résolu à de multiples réformes dans le domaine d’infrastructures routières, notamment le bitumage de plusieurs axes dont Franceville-Boumango. Ce qui à nos jours n ’a pas été fait. Nous pouvons ajouter la création d’une zone agricole générant plus de 5000 emplois dont même l’ombre d’un début de travaux n’ayant vu le jour.

A cet effet, l’heure n’est plus aux propositions mais aux revendications. Il s’agira de porter aux distinctions d’élus locaux et députés, les candidats qui par leurs valeurs intrinsèques seront aptes à exprimer toutes nos revendications et dont la représentativité du parti politique serait un avantage.

La situation déplorable du département gangrène nos esprits et la réalité politique nous impose un changement de paradigme. je me contente de savoir que certains jeunes aient cessé de croiser les bras et s’érigent en défendeurs d’opinion.

Soyons conscients de l’enjeu et des responsabilités que cela implique. Ayons le choix de la raison et non la raison du choix. »

Daric MOUKANDA

Publicités